Mon coup de coeur de l’année 2013 « De l’eau pour les éléphants » Sara Gruen

COUP DE CŒUR DE L’ANNÉE 2013 ! 

 

 

Résumé : 

Ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle : en quelques mois, il a fait d’un auteur inconnu un véritable phénomène d’édition, le coup de coeur de l’Amérique. Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur « plus grand spectacle du monde ». Embauché comme soigneur, il va découvrir l’envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.
Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène la belle écuyère, et Rosie, l’éléphante que nul jusqu’alors n’a pu dresser, dans un improbable trio. Plus qu’un simple roman sur le cirque, De l’eau pour les éléphants est l’histoire bouleversante de deux êtres perdus dans un monde dur et violent où l’amour est un luxe.
Mon avis : 
J’ai été conquise rien que par la couverture du livre, qui je trouve est très poétique. Cela renvoi bien à ce qu’on s’imagine lors de notre lecture. Nous sommes en équilibre, on a peur de tomber à la fermeture du livre.
Tout Comme le film (qui a su retranscrire à la perfection les émotions que l’on peut ressentir en découvrant cet ouvrage) j’ai vraiment adoré lire « de l’eau pour les éléphants ». C’est un livre ayant un thème que je n’ai pas souvent vu, ni lu. De prime abord, je ne pensais pas qu’il allait me plaire, je pensais sincèrement être déçue par rapport au retranscrit du film. Finalement, on dit souvent « il faut le voir pour le croire »,ici il « faut le lire pour le croire ».  J’ai même davantage aimé la version papier que la version cinématographique, car dans le livre on apprend à connaitre Jacob lorsqu’il est jeune,puis,vieux, chose qu’il n’y a pas dans le film !On entre immédiatement dans l’univers du livre, on sent que quelque chose d’époustouflant risque d’arriver. Rien que le cadre m’a plu, j’aime assez les livres qui sont ancrés dans l’époque. Ils nous apprennent des choses, nous montrent comment vivait le monde « d’avant ». On en est presque nostalgique et parfois je rêve de faire partie de ce monde-là.
Nous suivons donc un jeune homme, Jacob, qui saute dans un train en marche pour fuir sa vie. Il atterri dans un cirque ambulant. Jacob s’y fait passer pour un vétérinaire renommé . Il pensait vivre une vie magique, une histoire magnifique au milieu des animaux. Il pensait que sa vie allait changer, qu’il allait être sous le feu des projecteurs. Il pensait qu’il allait enfin pouvoir mettre son ancienne vie au fond du placard.
Cependant, il fait la rencontre d’un homme à l’apparence fort sympathique qui s’avère être plus tard un tyran. Il comprend donc que le monde du cirque, à l’époque, n’est pas du tout comme on pourrait se l’imaginer. Le spectacle est fait pour ravir les « clients ». Le bénéfice est la clé maîtresse qui permet de ne pas embourber le mécanisme du cirque. Le cirque est une industrie où la souffrance des Hommes qui y travaillent et des animaux qui y sont emprisonnés ne passe qu’au second degré.Ainsi, dans ce livre on parle de plusieurs sujets qui m’ont touchée :
  1. D’abord, bien évidemment le sujet de l’époque. J’y ai découvert comment les cirques étaient à l’époque : les artistes étaient des itinérants; ils étaient en perpétuel déplacement, n’avaient pas de familles ni d’accroches, ils  vivaient dans d’atroces conditions…
  2. Ensuite, le thème de la condition de la femme (voir des Hommes), Marlène n’est pas amoureuse de son mari (elle a donc subit un mariage arrangé). Il est violent avec elle. Les employés dorment avec les animaux, à même le sol. Ils ne touchent pas toujours leur paye car c’est en fonction du bénéfice engendré. Le travail est harassant et dangereux…
  3. Et enfin, le livre traite d’un dernier sujet qui me touche tout particulièrement : Le sort des animaux. Des animaux qui vivent enfermés, qui sont parfois battus car ils n’obéissent pas, qui sont exploités, devenus de simple machine à gagner de l’argent…Je suis tombée pratiquement amoureuse de l’éléphante Rosie, qui même si j’avais déjà vu le film, m’a beaucoup touchée. C’est sûrement le premier livre que j’ai lu  où l’auteur est arrivé à retranscrire avec brio les sentiments que l’on peut éprouver lorsqu’on voit un animal souffrir.Rosie est une éléphante qui a été « donnée » par un autre cirque en faillite à celui des frères Benzini. Au vu  des nombreux éloges qu’elle recevait de son ancien propriétaire, Rosie ne pouvait être qu’Obéissante. Elle a été vendue comme étant docile, très agile, très belle, très attentive… Mais surtout elle a couté cher. Très cher. Cela dit, August l’horrible personnage qui tourmente tout le monde. August, le patron du cirque. August, le mari de Marlène.August, l’ennemi de tout le monde. Lui, ne vois pas le potentiel de l’éléphante. Elle n’obéit tout simplement pas et cela le met dans une rage folle. Alors, il pète complètement un cable.C’est le cas de le dire! On voit enfin le véritable visage d’August et c’est à ce moment-là que j’ai beaucoup pleuré. Tout sur son passage a été détruit, aussi bien des vies que des os…Et puis, l’histoire d’amour entre Marlène et Jacob qui est à la fois tendre et tendue nous donne tout simplement les frissons. On sait, on ressent, qu’ils sont fait l’un pour l’autre, mais voilà il y a August…

En conclusion : N’hésitez surtout pas à lire ce livre,qui est tout simplement un petit bijou unique!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s