Evolutis T1 – De chair et de sang de Christie Bronn

 

pixiz-23-08-2015-17-55-45

 

r

2033, Ebola a ravagé notre monde. Les Evolutis protègent ce qui reste de l’humanité.
Traquée, Emma doit lutter pour sa survie et contre elle-même. Son sang est la clé.
Dans sa fuite solitaire, elle rencontre Ian qui lui fait entrevoir ce qui peut la sauver ou la détruire : l’espoir.
Ami ou ennemi ?
Tiraillée dans sa chair et son sang, elle devra choisir.

mon avis

Tout d’abord je tiens à remercier les éditions de La Reine pour cet envoi.

Evolutis, comme tout bon récit « dystopique », nous dépeint un monde futuriste des plus probables. 2033, un foudroyant virus à fait ravage et a ôté la vie de milliers personnes innocentes. Un virus que nous connaissons et redoutons tous : EBOLA. Voilà certainement l’une des raisons pour lesquelles le récit reste assez plausible et nous met même dans un certain embarrât. La situation qui nous est décrite dans Evolutis peut très bien se déclarer dès demain chez nous ! Christie Bronn, l’auteure, nous présente l’emblématique Emma (diminutif d’Emmanuelle), que nous suivrons dans ses périples et aventures. Pour des raisons que nous ignorons en début du récit, Emma a été obligée de s’enfuir de chez elle et de son pays. En perpétuel déplacement, Emma semble fuir un danger quelconque. Nous comprenons immédiatement qu’Emma n’est pas qu’une simple fille banale. Bien assez vite sa particularité nous est dévoilée : Emma est immunisée contre le virus Ebola. Comment ? Pourquoi ? Les réponses à nos questions ne restent pas longtemps sans réponse.

Si j’ai adoré le début du récit, je me suis vite lassée de cette histoire qui traîne au final trop en longueur. Lorsque j’ai entamé Evolutis, j’ai tout de suite été enjouée à l’idée d’approfondir cette lecture. Pour moi, les détails qui font, à mon sens, « un bon livre »  étaient tout à fait présents : Le récit est narré à la première personne du singulier. C’est donc sous le point de vue interne que l’auteure a décidée de se placer, ce que j’affectionne particulièrement puisqu’ainsi nous sommes d’autant plus proches de notre personnage principal. L’écriture de l’auteure donne le « LA » au récit tout entier, elle fait vivre le récit de manière réaliste ce qui amène le lecteur à entrer dans le monde d’Evolutis aisément dès les premières pages. L’action est à son comble, tout comme le suspens. L’auteure attise l’envie du lecteur en le faisant miroiter de manière sadique, ainsi des tonnes de questions ne cessent de tourner en boucle dans nos petites têtes. Je pense que j’ai engloutie facilement la moitié du livre en une seule soirée, sans interruption. J’étais vraiment captivée par ce que j’y lisais et découvrais.

Cependant malgré tous ces points positifs que j’ai relevé, j’ai éprouvé d’énormes difficultés à parvenir à terminer le livre. Tout d’abord, j’avais cette impression de « pas fini » qui me collait aux basques. J’ai trouvé que certaines choses auraient pu et dû être plus poussées : Les scènes d’action, les dialogues, la description des personnages, les sentiments, le descriptif des lieux ainsi que du virus… tout est resté finalement soft et j’avais envie d’un vrai BOUM qui m’aurait ébranlée. Pourtant, la trame de l’histoire est vraiment bonne. Elle s’éloigne un peu des livres dystopiques que l’on a l’habitude de croiser (le Capitol, les parties pauvres/riches de la population, les révolutions…). Non, Evolutis est un vrai concept, avec une bonne et solide trame mais qui n’a pas été assez exploitée. Je passe l’éponge sur l’histoire d’amour entre notre personnage principal et un gentil jeune homme qu’elle rencontrera au cours de son périple. Ce n’est qu’un avis personnel, alors il n’est certainement pas viable (je HAIS les histoires d’amour dans les livres !), mais j’ai trouvé cette relation assez précipitée, naïve, répétitive, ennuyante et vraiment guimauve !

Je reste donc assez septique quant à ce livre, puisque je l’ai à la fois adoré et « moins bien aimé » (détester serait un mot trop fort). Dommage qu’il y ai eu ces quelques petites choses qui ont entachées ma lecture. Sinon, Evolutis aurait été pour moi un bien belle révélation. J’ai cependant hâte de découvrir la suite des aventures de nos personnages préférés (s’il y a un tome deux de prévu)

orange = moyen
orange = moyen

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s