Phobos de Victor Dixen

JlFfHb5L9wAIPCJmygW4IA_r
r

Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Il veulent marquer l’Histoire avec un grand H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Elle veut trouver l’amour avec un grand A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…

Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Le premier tome de la nouvelle série de Victor Dixen, double lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire.

mon avis

J’ai entamé ma lecture du premier tome de PHOBOS avec quelques réserves pour la simple et bonne raison qu’Animale (La deuxième série écrite par Victor Dixen) ne m’avait pas convaincue. J’avais été extrêmement déçue par ce tome en particulier et ressentais donc une légère appréhension à l’idée d’entamer Phobos. Phobos et Animale ne se ressemblent en rien (fort heureusement), tout comme la série Jack Spark qui est totalement à des années lumière de ses deux successeurs. Là où pratiquement tous les auteurs trouvent leur marques en abordant sans arrêt les mêmes thèmes sous des aspects différents (CF : LJ Smith sur le thème des vampires par exemple), Victor Dixen, lui, parvient à se diversifier et à nous offrir ainsi des œuvres tout aussi originales que dissemblables.

Phobos m’a ramenée quelques années en arrière lorsque je lisais pour la première fois du Dixen. Tout d’abord, je tiens à saluer l’incroyable effort de présentation qui est fait pour chacun de ses ouvrages. C’est un livre-objet qui nous est offert, presque une œuvre d’art tant les éléments sont pensés dans les moindres détails. J’ai donc pu admirer les divers croquis qui parsèment le récit pour compléter les informations techniques qui nous sont décrites.

J’ai retrouvé dans Phobos la magie qui m’avait tant fait faux bond dans ma lecture du conte revisité d’Animale.  L’écriture y est raffinée, subtile. On boit les mots, on les savoure. Les citations retiennent toute notre attention, l’histoire nous maintien en haleine et nous nous attachons aux personnages à une vitesse phénoménale.

Phobos est aussi un ouvrage instructif, comme je les aime, qui nous fait apprendre des choses auxquelles nous ne nous serions certainement jamais intéressés auparavant. Nous aspirons, comme nos 12 prétendants à nous aussi un jour pouvoir nous envoler pour mars !

L’histoire quant à elle, flirte dangereusement avec la sélection et courageusement avec une fine partie d’hunger games.  Nous sommes projetés dans un monde futuriste qui est acculé par la crise financière.  Pour relancer l’économie, la NASA a tout d’abord été rachetée par un grand groupe, puis un projet à vu le jour : Lancer des personnes lambda sur mars. 12 jeunes gens, 6 Garçons et 6 filles. Dans quel but ? Les voir s’accoupler et créer la vie sur Mars !

2 fusées pour une seule direction. L’une contenant 6 prétendants, l’autre 6 prétendantes. Des speed Dating de courtes durées sont organisés pour que les prétendants se charment et se choisissent pour le restant de leur vie : sur Mars . J’y ai alors vite fait le rapprochement avec « La selection de Kiera Kass ».

Bien évidemment, la vie en direction de Mars (et sur Mars…) est filmée et très suivie par les téléspectateurs. Tout est sous vidéo surveillance et les spectateurs se délectent de ce qu’ils voient. Nous rencontrons cette forme de voyeurisme tout aussi bien dans hunger games que dans La sélection. Cela rejoint aussi notre mode de fonctionnement à nous, de nos jours, et nous renvoi un futur des plus probables. (CF : Le projet de faire pousser des légumes dans l’espace)

 Je passe désormais aux personnages qui ont du relief, des traits de caractères définis, un passé qui nous touche plus ou moins. Le personnage principal, malgré quelques réactions disproportionnées, est lui aussi très attachant bien qu’un peu hors normes et donc déroutant. Léonor, tout comme sa chevelure de braise, est explosive.

Pour conclure ma chronique, il faut bien que je relève quelques petites imperfections. Les dialogues entre les différents personnages, notamment lors des speed dating, donnent parfois un côté irréel, trop surfait à la conversation. De ce fait, ça enlève tout de suite du charme à l’histoire. Enfin, mais ce n’est qu’un avis personnel, je pense que la fin fait vraiment mauvais échos à l’intégralité de l’œuvre. Il clôture le récit de manière si abrupte que j’en ai été vraiment déçue.  Je m’attendais à un énorme retournement de situation, à un truc démentielle qui m’aurait donné envie d’acheter illico le deuxième tome… Au lieu de ça, je me questionne quant au rendu de second tome. Sera-t-il à la hauteur ? Que va-t-il se passer ? Va-t-il y avoir enfin de l’action ?

vert = très bon
vert = très bon

ae.jpg

Cliquez sur la photo pour accéder à son blog

Ce tome 1 de Phobos aura su me captiver du début à la fin. La romance comme le complot qui se cachent derrière ce projet de Genesis m’auront fait tourner les pages à toute vitesse, les unes après les autres jusqu’à la dernière. Finalement, ce tome 1 se révélera un petit coup de cœur et, avec ce cliffhanger qui m’aura agréablement surprise, je n’ai plus qu’une hâte : connaître la suite!



Tu as toi aussi chroniqué ce(s) livre(s) ? N’hésites pas à me donner le lien vers ta chronique en commentaire. Un extrait de ta chronique et un lien vers ton blog seront accessibles à la fin de cet article!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s