Le règne de l’empereur T1 – Le skyraff de Florence et Thomas Gindre

sk.jpg

ré.jpg

Un elfe meurt en confiant un œuf mystérieux au jeune Espa : celui d’un Skyraff, un loup ailé. Entraîné malgré lui dans un tourbillon d’aventures, poursuivi par les sbires de l’Empereur, l’adolescent bravera les plus grands dangers, se confrontera à la magie pour survivre et luttera pour le continent.

mon avis

Je remercie chaleureusement les éditions de la reine pour ce service presse. 

tumblr_odb6g0j2s61themldo1_500La lecture de ce premier tome d’une série nommée « le règne de l’empereur » m’a finalement prit pas mal de temps. Non pas que je n’ai pas apprécié cette lecture, mais pour la simple et bonne raison que ma liseuse à fait des siennes! Je tiens donc à présenter mes plus plates excuses à la chargée de communication de la ME ainsi qu’aux auteurs d’avoir mis autant de temps à sortir une chronique. Vraiment, j’en ai honte!

Le Skyraff à la particularité d’avoir été écrit à quatre mains. Bien plus qu’un simple ouvrage jeunesse, c’est une véritable histoire sentimentale et familiale qui est née de l’amour peut-être héréditaire et commune de la littérature. Une mère et son fils, liés par le fabuleux pouvoir des mots. Né de l’imagination d’un petit homme au grand talent et prenant vie dans le phrasé de sa maman, le skyraff a connu avant de voir le jour un fabuleux destin. Je trouve la naissance de ce livre très touchante et émouvante. On retrouve au sein du récit ce plaisir d’écrire et d’imaginer que partagent cette mère et son enfant. J’admire Florence Gindre d’avoir permis de donner parole à son fils, de lui avoir donné confiance en lui ainsi qu’en son idée, lui permettant d’être édité, lu et apprécié par plusieurs lecteurs. Thomas Gindre, qui a été fortement touché par Eragon, dévoile dans le skyraff toute l’étendue de sa vaste imagination et son jeune talent.

saphira_and_eragon_by_the_reluctant_dragon-d24by6aAu début du récit, la ressemblance avec Eragon de Christopher Paolini (qui lui aussi a commencé a écrire vraiment très jeune!) me déroutait un peu. J’ai lu par curiosité le tome  1 de cette série sans n’avoir jamais accroché au récit.J’avais donc peur, en lisant le Skyraff, de tomber en plein coeur d’une parodie de cette série culte dont le thème ne m’inspirait pas.

eggaw01-pnetMal m’en a pris, le Skyraff possède sa propre âme et ne ressemble en rien à Eragon! Nous faisons la connaissance d’Espa, un jeune garçon de quinze ans, qui vit chez sa famille adoptive à Lara. Un jour, il tombe sur un bel oeuf qu’il décide pour une raison inconnue de ramener chez lui. Quelque temps plus tard, cet oeuf éclos. Une bête mystique, pourvue de petites ailes ayant la faculté de parler en est sortie : Espa décide de l’appeler Xénos. A la destruction de leur ville, Espa, Xénos et la conteuse de la ville Nymphia se trouvent obligés de fuir ensemble pour éviter de se faire tuer.  S’en suit alors un périple haletant, mêlant quêtes et magie à gogo.

Si le récit parle de prime abord à un public assez jeune, il peut toutefois tout à fait convenir à un plus large public en quête d’un roman candide et porteur de joie. Le skyraff se lit en un rien de temps et à le pouvoir de faire rajeunir son lecteur et de l’emmener dans un monde imaginaire et fantastique.

carte-skyraff
Carte du monde du « Skyraff » Source :

Malgré le manque évident de descriptions, je n’ai cependant pas été gênée dans ma lecture pour m’imaginer avec précision les scènes qui se jouaient devant mes yeux. Le récit est court, parfois les réflexions/dialogues/tergiversations des héros quelque peu enfantin(e)s, les évènements prévisibles, et les quêtes trop vite réussies par les héros mais ces petits points négatifs n’éclipsent en rien le plaisir de la lecture et le plaisir de découvrir toujours plus les aventures d’Espa, Xénos et Nymphia.  Les idées sont là, le bestiaire ainsi que la carte du monde du Skyraff sont détaillés, pour la plupart complètement inventés. Alors je me dis, que peut-être Thomas, plus tard, reprendra les grandes lignes de cette fabuleuse histoire. Etoffera d’autant plus le récit pour qu’il atteigne d’une part les quelques 900 pages d’Eragon et d’autre par la renomée qu’il mériterait.

Le skyraff est une belle et bonne découverte, j’ai pris plaisir à lire les aventures de nos héros. J’ai hâte d’attaquer le tome 2 pour enfin avoir le fin mot de toute cette rocambolesque histoire!

vert
vert = très bon

 

Publicités

7 commentaires sur « Le règne de l’empereur T1 – Le skyraff de Florence et Thomas Gindre »

    1. Gros problème pour moi l’orthographe, en effet… Je tente de m’améliorer toujours plus et je m’en excuse :/ C’est une très belle découverte et je pense que ce petit livre plaira aux jeunes!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s