Perfect sisters (les soeurs anderson)

perfect-sisters-1-rcm0x1920u

Fait divers qui n’a certainement pas eu tant d’échos que ça en France, film peu connu du public qui date déjà de 2014. Et pourtant, il vaut son détour. Je suis tombée un peu par hasard sur cette adaptation cinématographique d’un fait divers et de faits bien réels (oui, c’est un peu déroutant lorsque l’on prend conscience à la fin de notre visionnage qu’il s’agit là d’une histoire vraie!). Les débuts du film sont un peu lents, je dois l’admettre, un peu déroutants aussi car presque malfaisants : nous sommes totalement gênés et mal à l’aise. D’une part, nous assistons à une réalité loin d’être fictive : bien dans le monde des enfants sont livrés à eux mêmes et contraints de devenir les parents de leur parents, d’autre part car nous assistons à la dégénérescence d’une situation déjà bien entamée et appréhendons forcément une fin très dure et très compliquée. C’est un film tiré de la nouvelle de  Bob Mitchell The Class Project-How to Kill a Mother.

d3t88

Linda Anderson à trois enfants, accumule plusieurs relations néfastes, petits boulots puis renvois ainsi que plusieurs déménagements qui la font peu à peu sombrer dans l’alcoolisme. Les deux grandes soeurs de la famille : Beth et Sandra toutes les 2 très soudées sont obligées de subir cette situation et de grandir malgré une atmosphère pesante à la maison. Le film est émouvant, terriblement révélateur de leur situation : les deux jeunes filles baignent/lavent leur mère trop saoule pour parvenir à faire quoi que ce soit, s’occupent du petit dernier en allant à ses réunions d’école, subissent les différents amants de leur mère qui sont un peu trop tactiles (et manquent à plusieurs reprises d’ailleurs de les violer)… Elles ont une vie minable, ratée, et s’inventent souvent des histoires pour combattre à leur manière la maladie de leur mère : ce jeu s’intitule « imagine la maman parfaite ».

3_midi

Tout bascule au moment où une figure masculine, le nouvel amant de la mère, entre dans l’équation et aggrave d’autant plus la situation : il entraîne la mère plus profondément dans l’alcoolisme, l’amène à dépendre de lui financièrement, et est très attiré par la plus jeune Beth. S’en est trop pour les deux filles qui s’amusent encore avec leurs amis à des nouveaux jeux : « imagine que l’on tue maman ». Elles aspirent à une vie meilleure, loin du danger et du souci quotidien. Tuer Linda permettrait au petit frère d’être à l’abri du besoin, pour elles de vivre une vie plus correcte.

C’est un film qui joue essentiellement sur les émotions et nous sommes du début à la fin en hypertension. C’est vraiment un jeu sur nos nerfs qui fonctionne à merveille.

Publicités

2 réflexions sur “Perfect sisters (les soeurs anderson)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s