La classe de neige d’Emmanuel Carrère

163753478_b3WhmBAQ1_1484514389.jpg

105692832.jpg

Dès le début de cette histoire, une menace plane sur Nicolas. Nous le sentons, nous le savons, tout comme il le sait, au fond de lui-même l’a toujours su. Pendant la classe de neige, ses peurs d’enfant vont tourner au cauchemar. Et si nous ignorons d’où va surgir le danger, quelle forme il va prendre, qui va en être l’instrument, nous savons que quelque chose est en marche. Quelque chose de terrible, qui ne s’arrêtera pas.

mon avis

la-classe-de-neige_235268_5912

La plume d’Emmanuel Carrère est souvent classée comme étant dérangeante et terriblement fascinante. Carrère est un auteur très connu ayant raflé de nombreux prix littéraires, qui a été mis en lumière grâce à son livre « L’adversaire » retraçant un réel fait divers (affaire Jean Claude Romand = JCR). La classe de neige relate l’histoire d’un petit garçon, Nicolas, à la fois étrange et attachant (tout comme son auteur). C’est un petit môme que l’on a envie de prendre illico sous son aile. Vivant dans une atmosphère pesante et étouffante à la maison, il lui est interdit d’amener les copains chez lui, il ne mange pas à la cantine entre midi et deux (ce qui ne favorise pas la consolidation de liens avec les autres), il déménage souvent et son père est assez… Spécial. Alors que la maîtresse de sa classe organise un petit séjour à la neige, son père accepte que Nicolas y aille à une seule condition : qu’il emmène lui même son fils au chalet. Peu importe les kilomètres, le trajet en car est selon lui beaucoup trop dangereux. Alors qu’il est enfin arrivé au chalet, bien après ses camarades, et que son père est reparti ; les animateurs et la maîtresse se rendent vite compte qu’il manque le sac de Nicolas.

Vu sous cet angle, j’admets que le livre ne semble pas plus que ça alléchant. Cependant, l’atmosphère créée par l’auteur fait que nous ne décrochons pas un seul instant du livre : jusqu’au dénouement.

485618classe1

Les débuts du livre sont plats mais laissent planer quelque chose de mystérieux, d’angoissant. Une sensation malsaine, presque malfaisante, parsèment les pages. Nicolas est un petit garçon très imaginatif qui s’invente souvent des histoires pour s’échapper de « sa condition ». Très calme, beaucoup solitaire c’est un enfant, nous le sentons qui n’est pas « normal ». On ne sait pas s’il souffre d’une quelconque pathologie (il a une propension à mentir, à jouer la comédie) ou si simplement, il est victime de parents trop sévères. Alors victime ou bourreau ? Sachant que la classe de neige a été écrit à un moment où Carrère ne parvenait pas à écrire sur le fait divers de l’affaire JCR, j’avais l’étrange impression que ce petit Nicolas n’était autre que le double fictif du tueur Jean Claude Romand lorsqu’il était plus jeune. Tout comme Jean Claude Romand, Nicolas à une facilité épatante à mentir, à vouloir être au centre de l’attention (quitte à se faire passer pour malade alors qu’il ne souffre que mentalement), parfois dérangé par de sombres pensées qui finalement flirtent même avec un souhait (ex : apprendre le décès de son père) le petit Nicolas est à la fois attachant et effrayant.  La fin s’accélère sur une drôle d’affaire : la disparition d’un petit garçon vivant dans les environs du chalet. Les dernières pages clos le livre sur une non fin, une fin ouverte, qui laisse planer autant de soupçons et de questionnements que nous avions eut en entamant le récit. Si vous me connaissez maintenant, vous savez peut-être que j’ai en horreur les fins ouvertes : ça me frustre trop. Je suis restée sur faim, beaucoup mitigée finalement, ce n’est pas un livre comme les autres mais ce n’est certainement pas LE livre du siècle.

orange
orange = moyen

Imaginant cela, Nicolas sentait des larmes prêtes à jaillir de ses yeux, et il en éprouvait une grande douceur. Il ne voulait pas que ce soit vrai, bien sûr, mais en même temps aurait aimé tenir vis-à-vis des autres ce rôle d’orphelin, héros d’une tragédie.

Les +

Les –

–          Une petite histoire courte et haletante

–          Un personnage principal attachant

–          Une attente, un suspens, insoutenable

 

–          Certaines longueurs (livre pas vraiment d’action)

–          Fin ouverte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s