La chimiste de Stephenie Meyer

171857551_RUsozj_1502563065.jpg

res chi.jpg

Elle était l’un des secrets les mieux gardés – et des plus obscurs – d’une agence américaine qui ne portait même pas de nom. Son expertise était exceptionnelle et unique. Et puis, du jour au lendemain, il faut l’éliminer au plus vite…

Après quelques années de clandestinité, son ancien responsable lui propose d’effacer la cible dessinée sur son dos. Dernière mission… ou dernière trahison?

Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, un homme que tout devrait éloigner d’elle va bouleverser ses certitudes. Comment survivre à une traque impitoyable quand on n’est plus seule?

mon avis

Très enthousiaste à l’idée d’ouvrir et lire enfin le nouveau né de Stephenie Meyer, je sors finalement de ma lecture véritablement déçue. Stephenie Meyer, dans le bon comme dans le mauvais sens, a marqué les esprits par sa créativité et sa manière d’écrire. J’ai toujours admiré son talent, puisque j’ai eu un immense coup de coeur pour twilight ainsi que pour les âmes vagabondes.

1d2ee349de_91893_chimie-def

 C’est certainement l’une des seules auteures au monde à m’avoir autant fait pleurer et transmis cette voracité de la lecture (celle où on fait nuit blanche car on n’arrive pas à quitter LE livre). Livres révélations, Stephenie Meyer ne m’avait jusqu’ici jamais déçue. Avec la chimiste, c’est choses faite. Je ne sais si les âmes vagabondes peut être inscrit au rang de chef d’oeuvre, dont même sa propre créatrice n’arrive pas à surpasser. Ou si, tout simplement, Stephenie Meyer n’est pas maître de ce genre en particulier, qu’il vaudrait mieux laisser les thrillers de côté.  Je n’ai pas ressenti d’âme dans cet ouvrage, ni reconnu sa plume. Outre le fait que mon exemplaire contenait quand même une bonne centaine de fautes et de coquilles, bonjour la crise de nerfs, j’ai tout de même terminé ma lecture avec difficultés…

 

 

– C’est toi mon doudou, soupira-t-il d’une voix ensommeillé. Tout douillet mais létal, bien sûr.

– Charmant, répondit-elle.

chimie

La chimiste est une sorte de thriller, ancré dans une trame non fictive, qui met en scène plusieurs protagonistes tous aussi horripilants les uns que les autres et sans caractère. La trame, qui marchait étonnamment bien avec ses ouvrages précédents, est très simpliste et caricaturée : : nous retrouvons des personnages stéréotypés. Il y a la bimbo gentille, le macho/rebelle/semi méchant/parano, le très gentil/gendre idéal/sans défaut, l’héroïne badass/avec des capacités hors norme/qui n’a peur de rien. Eléments qui en étant mélangés à une histoire elle aussi plate et stéréotypée ne fusionnent finalement pas ensemble. Le texte est d’une lenteur hors du commun et l’on ne peut se raccrocher à aucun détail croustillant pour nous faire apprécier notre lecture. Tout est prévisible, rien ne vient pimenter ce récit plat et sans relief. C’est certainement le plus court avis que j’ai eu à écrire de toute ma vie… Mais les mots me manquent tellement je suis déçue de ce que Stephenie nous a concocté. Et sincèrement, le travail éditorial manquant n’a pas aidé ce livre à remonter dans mon estime…

domaine-chimie1Pourtant, l’idée était là. Ce n’est pas chose courante que de croiser dans notre vie littéraire/fictive un environnement tel que la chimiste. Nous suivons un personnage principal,Juliana Fortis, qui mène une bien étrange vie rythmée entre cavales en tous genre et moment intenses de paranoïa totale : elle concocte des pièges nocifs pour tous ceux qui voudraient entrer chez elle, elle dors même avec un masque à gaz! Nous apprenons que Juliana est une chimiste peu commune qui travaille pour le gouvernement, qui utilise l’art de la science pour faire parler les plus récalcitrants en n’hésitant pas à les torturer placidement. Un jour, son ex patron l’appelle pour une dernière opération. Elle doit enlever et torturer un professeur  soupçonné d’être un grand baron de la pègre… Cependant, une fois la victime enlevée, Juliana éprouve des doutes concernant l’identité de cet individu à l’apparence tout à fait lambda. Et si cet homme n’était qu’une simple victime ?

Il faut reconnaître en dernier point , pour clore cette chronique, que Stephenie Meyer à fait un travail incroyable de recherches et d’investigations auprès des professionnels (et autres) pour pouvoir servir à ses lecteurs une histoire magnifiée de renseignements concernant plusieurs thèmes : dont la chimie, la biologie, la physique… C’est une mine d’or pour les adeptes des produits chimiques, seringues, concoctions,explosifs…

rouge

Rouge = déception

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.