Tuez les tous… Mais pas ici de Pierre Pouchairet

x47gQnVBQzAHmxExlv3XMg_rJe suis de retour après ces longs mois d’absence pour vous chroniquer le livre Tuez les tous… mais pas ici de Pierre Pouchairet (2018, éditions Plon – Collection Sang neuf).

Julie Loubriac a disparu. Âgée de 17 ans, ce n’est pas la première fois qu’elle se volatilise. Ses parents sont pourtant persuadés qu’il ne s’agit pas d’une simple fugue. Divorcés, ils vont unir leurs forces pour découvrir ce qui a pu arriver à leur fille. Une enquête qui va les mener de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie.

Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, ils vont se retrouver au cœur d’un secret d’Etat, sur fond de guerre contre le terrorisme

Pierre Pouchairet « est un ancien commandant de police, spécialiste de la lutte contre le crime organisé » qui a « été en poste en Turquie, en Afghanistan et en Cisjordanie ». C’est grâce à ses connaissances du terrain et sur son métier, que le livre prend une dimension si réelle.

Pierre Pouchairet nous emmène aux côté des Loubriac. Louis Loubriac (ancien policier et journaliste) et son ex femme sont inquiets : leur fille Julie a disparue depuis quelques jours. Un peu rebelle, ce n’est pas la première fois que la jeune fille fugue. Mais, cette fois-ci les Loubriac savent qu’il y a quelque chose d’inquiétant dans cette soudaine disparition.

En réalité, Julie Loubriac est partie faire son djihad. Elle s’est enrôlée grâce à une filière de recrutement  très bien rodée qui œuvre sur la toile et qui est très prolifique sur le darkweb.  Aux côtés d’autres jeunes de son âge, venant de tous les milieux sociaux confondus, Julie s’est envolée pour la Syrie.

Les parents apprennent, grâce aux anciennes relations de Louis, que leur fille est une nouvelle convertie à l’islam, partisane de théories terroristes. Bien que Julie s’intéressait depuis un fort moment aux religions, les deux parents n’ont rien vu venir : rien dans le comportement de Julie   n’aurait pu les alarmer.

Ensemble, les deux ex conjoints, tentent de découvrir les raisons qui ont poussé Julie à s’enfuir. Ils vont remonter jusqu’aux « têtes pensantes » des filières terroristes et vont eux aussi partir sur les traces de leur fille en Turquie, en Syrie et autre….

Louis Loubriac, décide avec l’aide de son ex femme, de mener lui même l’enquête et de remonter la filière qui a embrigadé Julie… Mais, les choses ne se passent pas réellement comme prévu. En réalité, les filières terroristes sont étroitement liées à celles de l’Etat…  Il met le pied dans des affaires politiques obscures. C’est un bourbier dans lequel plongent les lecteurs, mais sans délectation pour ma part.

J’ai beaucoup apprécié les premières pages du livre. J’ai trouvé l’écriture très appréciable à lire : nous entrons directement dans le vif du sujet, en plein cœur de l’action, avec des scènes assez violentes mais qui ont leurs effets sur le lecteur. Le thème abordé, qui colle au cœur de l’actualité qui nous pèse en ce moment, m’attirait : il est rare de lire des livres de ce genre (et sur ce genre). Les multiples focus sur les différents personnages amènent au récit quelque chose de pep’s : on ne lâche pas le livre une seule seconde. Ou du moins, nous dévorons la moitié du livre avec avidité avant d’être un peu trop sur notre faim.

J’ai adoré suivre l’aventure de Julie lorsqu’elle a atterrie sur ces terres arides, tombées sous le joug des terroristes.   J’ai beaucoup aimé cette quête de la vérité nous poussant,lecteurs, à poursuivre notre lecture pour enfin savoir qui ou quoi a bien pu pousser cette jeune femme honorable a tout plaquer. Nous en apprenons d’avantage sur le processus de recrutement, « d’acheminement » des nouvelles recrues jusque sur les terres terroristes. Nous comprenons qu’en réalité il existe plusieurs groupuscules terroristes, qui se font la guerre entre eux… Et surtout, surtout, nous ouvrons les yeux sur un fait qui nous échappe parfois : tout le monde peut décider d’un jour tout plaquer pour la Syrie ou autre. Que ce soit le gentil boulanger du quartier, la mère de famille honorable, la jeune fille des beaux quartiers amoureuse, le petit dealer de la résidence… Il n’y a pas un profil type. Et oui, parfois il est possible que la famille et les proches ne se rendent compte de rien jusqu’au jour J. Car, on ne pense jamais à l’impensable et qu’une personne, quand elle le souhaite, sait très bien cacher quelque chose. Jusqu’au jour où…

Malgré tout, à la moitié du livre nous perdons le point de vue de Julie. Julie qui nous faisait forcément entrer au cœur même de la violence et de l’intolérable malgré elle. On perd alors une partie de la « magie » du récit, on ne s’accroche plus à rien. Louis Loubriac, le meneur du récit, est un personnage auquel je n’ai pas accroché. Trop dans l’excès, borderline, pas assez crédible.

La dernière partie du livre m’a sincèrement déçue : Louis se transforme en un Liam Neeson (façon Taken) de pacotille. Entre vendetta sanglante et décousue, qui agit toujours sur un coup de tête ; et qui,finalement, n’a pas une psychologie développée.  Son but ultime est de retrouver sa fille, de se faire justice. Il n’espère pas oeuvrer pour le bien, ni arrêter « les méchants ». L’homme devient machine de guerre, devient guerrier, et plus aucune limite ne l’entrave… Ce qui n’est pas terriblement crédible.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.