Epic – la bataille du royaume secret

epiclabatailleduroyaumephoto31

J’avais tenté de le regarder dès sa sortie, mais n’étant à l’époque pas fan des dessins animés je n’avais pas embarquée dans l’histoire. Je ne comprend toujours pas ce déclic, mais aujourd’hui je me laisse à apprécier certains dessins animés. Epic, n’a pas été un coup de coeur pour moi, mais a été un très beau visionnage. Le graphisme, même sur petit écran, est époustouflant. epic1Nous suivons une jeune fille qui vient de perdre sa maman et qui est contrainte d’aller vivre chez son père. Son père est un scientifique persuadé qu’un peuple de minuscules êtres peuplent la forêt. Cette obsession lui a valu un divorce et l’éloignement de sa seule fille. Lorsque l’ado revient vivre chez son père, elle constate malgré elle l’étendue de cette obsession mais aussi… par un détour dans la forêt, qu’il n’avait pas tout à fait tord. Nous sommes alors embarqués dans une merveilleuse bataille entre petits peuples.C’est une bien jolie histoire qui ravira les petits.

Vaiana – la légende du bout du monde,le nouveau Disney phare de 2017

5065390C’est un pari fou que s’est lancé Walt Disney : parvenir à détrôner la fameuse Hannah héroïne chérie de la reine des neiges. Vaiana,pourrait en effet battre sa plus grande rivale et devenir LA star des enfants pour 2017. Un mélange qui forcément plaît aux plus petits (comme aux plus grands), aux fillettes comme aux garçons, avec un méli-mélo  d’aventures tropicales, de scènes rigolotes, présence d’une héroïne naturelle/simpliste et surtout : d’une chanson qui reste dans la tête et dont l’air ne nous quitte plus. Vaiana est pour ma part une bien belle réussite, bien plus que la reine des neiges que je que n’avais pas plus que ça apprécié. Ici, nous faisons la rencontre d’une héroïne peu commune :moana_8a6b7003Vaiana à la peau foncée (contrairement au blanc laiteux de la peau de sa rivale), elle est solaire, aventurière et rompt avec ce côté « princesse de château qui connaît un grand dessein ». Ici, c’est Vaiana qui va à l’encontre de son destin, qui montre une image féminine mais à la fois assez masculine d’elle même. Ce qui soulève d’ailleurs un « problème » sociétal :  pourquoi le rose ainsi que la poupée sont ils destinés aux petites filles et non pas aux garçons ? un-premier-extrait-pour-vaiana-la-legende-du-bout-du-monde-04Vaiana rompt avec ces diktats de notre société moderne (et pourtant très ancrée dans le classique) et montre qu’une jeune et jolie jeune fille peut accomplir les mêmes choses qu’un petit garçon. Il n’y a pas de sous sexe.  Outre cette petite morale, le graphisme est vraiment époustouflant. Nous voyageons au coeur de l’océanie et atterrissons sur ces formidables iles reculées de tout/tous et où les habitants y sont très attachés à leur peuple/histoire. La modélisation des vagues et de la mer m’appelaient et j’avais une envie monstrueuse d’aller/de partir découvrir ces endroits si beaux mais si peu connus (fort heureusement dans ‘un certain sens : étant donné la propension qu’on les hommes à tout saccager derrière eux). Nous faisons la connaissance d’un peuple très attaché à ses coutumes. maui_ab2fde37

Ainsi, nous avons droit à un petit cours de mythologie polynésienne et apprenons le nom d’un de leurs vénéré ancêtre : Maui, demi dieu très célèbre pour ses exploits.J’ai beaucoup pleuré face à la délicatesse de la mise en scène et face à la beauté de l’histoire. Très bonne découverte!

b film

Zootopie, le disney pour les grands et les petits!

zoo.jpg

Synopsis :

Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque

mon avis

zootopie-selfieEn règle générale, je ne suis pas trop fan de dessins animés. Si depuis quelques temps il m’arrive d’en regarder de plus en plus, je ne suis toutefois pas transcendée par leur découverte. Celui-ci a tellement fait parler de lui avant même sa sortie dans nos salles françaises, qu’il m’a été difficile de résister à l’envie d’aller le voir. Zootopie a suscité beaucoup d’enthousiasme auprès de son public, public d’ailleurs composé de tout âge.

Je suis allée le voir au cinéma hier et j’ai passé un extraordinaire moment ! Encore bravo à Byron Howard, Rich Moore et Jared Bush a qui l’on doit aussi « Nouveaux héros » zootopie-image-4-du-film-disney-zootopia-movie-go-with-the-bloget « la reine des neiges ». Ils ont certainement un talent inné pour nous faire vivre des aventures aussi extraordinaires et épiques. Je n’ai pas vu le temps passer et j’ai gardé le sourire  tout le long du film. Les effets spéciaux, les décors, sont éblouissants de réalismes et les animaux même humanisés conservent chacun leur spécificités animales.

Comme dans nouveaux héros, que j’avais beaucoup apprécié, j’ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux. Zootopie  nous dévoile une morale émouvante : Il ne faut pas juger quelqu’un pour son apparence, il faut savoir accepter et tolérer tout le monde. Et ça, je  pense qu’à notre époque plus particulièrement, il ne faut pas l’oublier. Qui que nous sommes, nous sommes tous égaux.

zootopie-affiches-personnages

tres b.jpg

Le dessin animé « Les minions »

 

b845c6c0%5B1%5DA l’origine de simples organismes monocellulaires de couleur jaune, les Minions ont évolué au cours des âges au service de maîtres plus abjectes les uns que les autres. Les disparitions répétitives de ceux-ci, des tyrannosaures à Napoléon, ont plongé les Minions dans une profonde dépression. Mais l’un d’eux, prénommé Kevin, a une idée. Flanqué de Stuart, l’adolescent rebelle et de l’adorable petit Bob, Kevin part à la recherche d’un nouveau patron malfaisant pour guider les siens. Nos trois Minions se lancent dans un palpitant voyage qui va les conduire à leur nouveau maître : Scarlet Overkill, la première superméchante de l’histoire. De l’Antarctique au New York des années 60, nos trois compères arrivent finalement à Londres, où ils vont devoir faire face à la plus terrible menace de leur existence : l’annihilation de leur espèce.

En règle générale, je n’apprécie pas plus que ça les dessins animés. Je passe un bon moment, mais, j’ai tendance à vite m’ennuyer. Les dessins animés et moi ce n’est pas du tout le grand amour.Alors quand ma copine a décidé coûte que coûte que j’allais l’accompagner au cinéma, je n’étais franchement pas motivée. De plus, j’ai regardé le premier film de « Moi moche&méchant » (que je n’ai absolument pas aimé soit dit en passant) et je n’arrivais pas à comprendre ce que les minions disaient….

Avec stupéfaction, je me suis régalée en regardant ce film. Je me suis même éclatée, j’ai passé un bon moment de rigolade. C’est ce genre de films qui te donnent le sourire et la patate à la fin de la séance. Alors certes, la trame de l’histoire n’est pas très évoluée : on nous sert la sauce qui fonctionne à chaque fois :Il y a les méchants qui pourchassent et persécutent les gentils. Et d’ailleurs les méchants malgré tout ne meurent jamais. Oui, l’histoire aurait pu être un peu plus recherchée mais l’humour éclipse tout. Il peux tout aussi plaire aux grands qu’aux petits. C’est un film à regarder de préférences en famille ! Moi qui avait un léger a priori quant à la compréhension du langage des minions, finalement tout est compréhensible et je me suis même prise au jeu de tenter de savoir ce qu’ils pouvaient bien nous raconter. Cependant, même si les comportements des minions étaient suggestifs je me demande si les enfants ont compris l’intégralité du film qui mélangeait plusieurs langues : Espagnol, anglais, français…

Enfin, mention toute spéciale à Pierre Coffin (Créateur de moi moche & méchant) mais qui se charge aussi des voix off de chacun des minions. Travail remarquable!