Osez 20 histoires de sexe aux sports divers

 

151720289_dT181_1462659394.jpg

Reliure : Broché – 256 pages – Prix : 8 € 20

n.jpg

On associe toujours le sexe torride à l’été, mais l’hiver, il s’en passe de belles aussi… Des pistes enneigées aux chalets confortables en passant par la cabine des remontées mécaniques, le local du secouriste, la boîte de nuit locale ou le resto d’altitude, ça batifole dans tous les coins !

Dans ce nouveau recueil, vous découvrirez votre station de ski préférée telle que vous ne l’aviez encore jamais vue, à travers 20 histoires bien résolues à vous prouver que les sports d’hiver ne se résument pas au ski et à la fondue savoyarde. Prêt pour une petite virée sur les sommets du plaisir ?

mon avis

Je remercie une nouvelle fois les éditions la Musardine pour ce service presse.

 

2001J’ai savouré cet ouvrage en ne lisant qu’une petite nouvelle par jour.

Ce n’est pas vraiment un récit où il y a matière à chroniquer : Certaines nouvelles étaient bonnes tandis que d’autres l’étaient moins. L’une était époustouflante et pleine de ressentis quand l’autre était très dérangeante voire parfois carrément loufoque. Je l’avoue, j’ai parfois sauté quelques nouvelles dont le thème ne m’inspirait pas et où les descriptions étaient beaucoup trop crues à mon humble avis. Cela dépend des goûts, des préférences et de la façon d’appréhender les choses de chacun. C’est avant tout un livre qui se lit sans préjugé, sans tabou.

2002Si vous n’êtes pas à l’aise avec la sexualité, si la présence de descriptions / d’une narration trop explicites vous dérange en temps normal, il serait peut-être temps d' »oser » enfin et de passer le  CAP aux côtés de la Musardine ?

Extrait P 197

[…]

J’essaie d’agripper mes collants pour les faire descendre. Plus il m’aide à me déshabiller, plus il s’imprègne de chaque200 centimètre de mon corps. A ce rythme, je me retrouve à moitié dévêtue; les seins jaillissant de mon soutien gorge; mes collants, ma culotte bloqués par mon attelle.Je suis presque nue, mais totalement offerte,à lui, à sa main qui revient à sa place. Au dessus de nous, le bois est brut comme lui. […]

vert
vert = très bon

 

Sex in the kitchen d’Octavie Delvaux

JupXoJkUavMXlc7ueb65Zg_r

Je remercie les éditions La Musardine pour cet envoi!

 

re

Une comédie érotique et romantique…

Charlotte, jolie brune de vingt-huit ans, partage ses journées entre son boulot répétitif de maquettiste, sa passion pour les recettes bios et son blog culinaire qui cartonne. Seule ombre au tableau : sa vie de couple soporifique. Intriguée par les aventures sexuelles de ses deux meilleures copines, Morgane, la fashionista nymphomane, et Déborah, la dominatrice-orthophoniste, Charlotte rêve secrètement d′ébats plus pimentés. D′un jour à l′autre, sa petite vie va basculer. Elle plaque son mec, un nouveau directeur aussi odieux qu′irrésistible débarque dans sa boîte et un mystérieux admirateur lui fait des avances carrément indécentes… Conversations débridées, humour, manigances, rencards clandestins et parties de jambes en l′air décoiffantes sont au menu de ce roman qui vous tiendra en haleine jusqu′à la dernière page.
mon avis

Sex in the Kitchen est mon premier livre  chick lit/  érotique. Généralement, je ne lis que des petites nouvelles de 20 pages ou des sortes de guides/manuels un peu dans le style de la série « Osez […] ». Je ne suis donc certainement pas une adepte de ces genres de thèmes et ne me réfère à aucun autre titre pour en établir une quelconque comparaison. Ni le thème ni cette couverture aux tons rosés ne m’auraient certainement pas attirés  en rayon. A mon sens, la couverture manque cruellement de singularité et ne reflète en rien le contenu du livre. D’ailleurs elle fausse considérablement le lecteur quant à son thème : En effet, l’on pourrait penser tomber en plein cœur d’une histoire d’amour à l’eau de rose, un peu nunuche, fleur bleue et sans grand intérêt. Enfin, une autre chose qui en temps normal ne m’attire pas du tout : Ce genre de slogan vachement prétentieux « Plus drôle, plus sexy et mieux écrit que 50 shades of Grey ». Ce genre de phrases, c’est un gros casse gueule pour les auteurs puisque ça met la barre assez haut. On en attend des tonnes. Ceux qui sont fan de 50 nuances de Grey feront toujours le lien avec LEUR livre fétiche et ne pourront se consacrer pleinement à la lecture de Sex in the Kitchen qui possède sa propre identité et ne peut être comparé à un autre. Tandis que ceux qui n’ont pas apprécié 50 nuances de Grey seraient susceptibles de ne même pas s’intéresser à sex in the kitchen « Si c’est du même genre que fifty, alors c’est nul ! ». Pourquoi cherchons-nous toujours à comparer un livre avec un autre ? Chaque livre est unique puisqu’il possède sa propre âme (L’auteur n’est pas le même, n’a pas la même façon d’écrire, les personnages ont des caractères différents…) !

Pour ma part, je n’ai pas fait fi de cet argument-là qui est à mon avis peu convaincant. De plus je ne peux malheureusement pas vous répondre : Je ne sais absolument pas si Sex in the Kitchen est meilleur que 50 shades of grey pour la simple et bonne raison que je n’ai jamais lu le second !

C’est sans en attendre beaucoup de ce livre que j’ai entamé ma lecture. J’ai assez vite compris que j’avais tout simplement « jugé le livre par sa couverture ».Je ne m’attendais véritablement pas  à en être autant satisfaite !

Nous rencontrons l’une de nos héroïnes  fétiches : Charlotte. Jeune et jolie bloggeuse culinaire qui a atteint grâce à son talent (et son blog) une certaine renommée sur la toile. Si Charlotte est épanouie dans sa vie professionnelle, ce n’est véritablement pas le cas concernant sa vie personnelle qui est assez. Chaotique. Charlotte s’ennuie avec son conjoint et fantasme sur une vie sexuelle un peu plus pimentée.

Grâce à elle nous faisons la connaissance de ses trois meilleurs amis : Morgane, la gosse de riche sans un sous, plutôt tête en l’air avec une libido surdimensionnée, Ben le photographe 28 ans et encore puceau, et ma chouchoute : Deborah, la dominatrice  désaxée.

J’ai adoré suivre les épopées de ce quatuor, décrivant des personnages haut en couleurs et aussi excités que des puces !

Si certains ce sont plaint de scènes un peu trop chaudes, de dialogues très crus et de mots grossiers. Pour ma part, je n’en ai en rien été choquée. Lorsqu’on achète un livre érotique, venant des éditions La Musardine, faut pas être étonné dès que l’on voit le mot « Queue » !

J’ai trouvé l’écriture de l’auteur pep’s, rigolote, loin d’être ennuyeuse. Octavie delveaux a fait preuve d’imagination pour ne pas toujours employer les mêmes mots (chose pratiquement impossible lorsqu’il s’agit de décrire des scènes de sexe).

Les répliques des personnages sont percutantes, les situations cocasses et émoustillantes. Chaque personnage possède sa propre identité, bien définie, propre à chacun.

Avant tout, le livre s’inscrit dans notre génération actuelle. Il dépeint cette nouvelle forme de vie, sans tabou. Où les femmes sont libres de leurs mouvements et paroles. Libre de jouir de leur propre corps, d’être l’instar des hommes et de jouer de leurs atouts pour satisfaire leurs pulsions. Octavie nous présente l’image de la femme sans chaîne, fière de ce qu’elle représente. Fière d’être ce qu’elle est. Qui n’est pas vu comme une pute qui couche de partout mais comme une femme qui veux profiter de la vie. Charlotte, Morgane et Deborah représentent la femme d’aujourd’hui : libérée du poids des regards et affranchie de certains stéréotypes plus que machos.

Et rien que pour ça, j’oublie le fait qu’il y est certaines longueurs et redondances. J’oublie que le fin mot de l’histoire est prévisible et salue l’auteur pour son oeuvre que j’ai tout simplement adoré découvrir!

vert = très bon
vert = très bon

 


Tu as toi aussi chroniqué ce(s) livre(s) ? N’hésites pas à me donner le lien vers ta chronique en commentaire. Un extrait de ta chronique et un lien vers ton blog seront accessibles à la fin de cet article!

« Comment transformer votre mec en Brad Pitt en 30 jours » de Marie Minelli

 

vg
mod-article40192361-4f3fff4ec4cb7

mentalabdos

Il vous arrive de fermer les yeux en pensant à Brad Pitt quand votre chéri vous fait l’amour ? Allez jusqu’au bout de la démarche : transformez-le VRAIMENT en Brad Pitt !

C’est ce que vous propose Marie Minelli dans ce programme condensé et ultra efficace de 30 jours : sexualité, beaugossitude, look, bonnes manières tout ce qui distingue Brad Pitt du commun des mortels n’aura plus aucun secret pour vous. Et si l’entreprise échoue, vous pourrez au moins en rire, seule ou avec lui. C’est d’ailleurs l’unique but de ce petit livre d’humour mais qui dit quand même des choses vraies !

mod-article40192361-4f3fff4ec4cb7

Sans titre-1

Merci aux éditions La Musardine pour cet envoi !

Lorsque j’ai vu le catalogue des nouvelles parutions de Mars 2015 chez La Musardine, mon attention à tout de suite été attirée par ce livre en particulier. Avant toute chose, je suis tombée en admiration devant la couverture de celui-ci. Voir un corps si musclé cela donne du plaisir aux yeux, mais j’ai surtout ri en découvrant le titre ! Je pense que je n’ai pas été la seule à voir dans mon esprit, apparaître l’image d’un homme de ma connaissance ! Nous connaissons toutes/tous un homme loin d’être Brad Pitt. Bref, dès que je l’ai reçu dans ma boite aux lettres je me suis jetée dessus. Je n’ai pas hésité à le feuilleter et comme je m’en doutais, je me suis bien marrée. L’humour y est présent, sous toutes les coutures. L’écriture de l’auteur est vivifiante tant elle est criante de vérité. La preuve, j’ai ri car je reconnaissais là quelques personnes de mon entourage. Je n’ai pas réussi à résister à la tentation de l’emmener en cours pour faire partager à mes copines cette découverte, tout comme lire des extraits le soir à ma famille. Là où le livre à ses limites est qu’il divise les deux sexes. En effet, je penserais que ce livre s’adresse d’autant plus aux femmes (d’où le titre) qu’aux hommes. Autant les femmes ont été très réceptives au sujet, ce sont bien amusées. Autant, les hommes ce sont véritablement vexés. Je retranscris une réflexion (venant d’un homme) qui m’a quand même fait réfléchir après coup « C’est presque insultant pour les personnes qui n’ont pas d’argent. S’habiller chez Kiabi, C&A […] ne fait pas de toi quelqu’un de Has Been. Juste quelqu’un de banal. Ces hommes aimeraient pouvoir s’acheter des Jean Desiel mais ne le peuvent tout simplement pas. Les marques, ce n’est pas le plus important. Alors si je suis Has been car je m’habille chez H&M je suis fier de l’être, puisque Beckham a donné son image à la marque ! ». Alors oui, si on le prend dans ce sens-là il n’a pas tort le petit…

Voilà pourquoi je conclus ma chronique en stipulant que ce livre est réservé à un public qui arrive à rire de soi-même et qui ne prend pas tout au premier degré. (donc aux femmes…)

« LA REGLE DES LOUPS » de Kendra Leigh Castle

A savoir :

Auteur : Kendra Leigh Castle

Edition : Harlequin

Prix : 15 euros

 

Résumé :

Recroquevillée sur elle-même, Mia écoute les propos insensés de l’inconnu à la silhouette athlétique et au sourire rassurant qui vient de lui sauver la vie. Ainsi, le monstre sanguinaire qui l’a attaquée était un loup sauvage, chassé de sa meute, et lui-même, son sauveteur, est un loup-garou qui traque les rebelles… Terrifiée par ce qu’elle vient d’entendre, Mia tente de se lever pour fuir, mais l’homme la retient fermement et, plongeant en elle son regard d’ambre, il lui fait une terrible révélation : la morsure de la créature l’a irrémédiablement transformée et, si elle ne s’accouple pas avec un loup-garou avant la pleine lune, elle deviendra à son tour un monstre, une ombre errante rejetée de tous…
Mon avis : 

Je n’ai pas réellement été déçue par ce livre puisque je ne l’avais pas placé très haut dans mon estime. Je savais avant de l’ouvrir que ça n’allait pas être un livre rempli d’émotions, avec une histoire qui prend aux tripes, avec des personnages touchants et une écriture transcendante. Je le savais rien que par sa fine épaisseur et par son résumé plutôt sommaire.

Et en effet, l’histoire est plutôt simpliste ce qui ne propulse pas le livre au sommet de ma pile « coup de cœur ». Elle est plutôt fluette, légère. L’auteur(e) ne rentre pas forcément dans les détails ce qui fait qu’au final  nous n’avons pas toutes les réponses à nos questions. Parfois on a même l’impression d’un fouillis ou d’une lecture de fan-fiction.

Pourtant, au départ j’étais plutôt emballée par l’histoire. Le commencement du livre débutait, je dois l’avouer, sur les chapeaux de roues. On entre directement dans l’action, au cœur du danger. Nous n’avons pas une seule seconde de répit. Le roman débute sur une course poursuite, sur une question de vie ou de mort. C’est une poursuite angoissante pour tout le monde, le personnage principal tout comme le lecteur. Le fait de ne pas savoir ce qu’il se passe est pour moi le meilleur moyen de rentrer directement dans l’action. Cependant, j’ai regretté le fait que le personnage principal soit sauvé si rapidement. J’ai trouvé que le passage de la fuite aurait pu être d’autant plus décrit et poussé pour réellement nous immiscer au cœur du danger et parvenir à nous faire palpiter le cœur. Là j’avais seulement l’impression d’être spectatrice au lieu de vivre ma lecture. La course s’est achevée trop abruptement, ça m’a laissé sur ma faim!

A partir du moment où le personnage principal se fait sauver, tout s’enchaîne beaucoup trop vite. Nous avons a peine le temps de nous attacher aux personnages que déjà le livre est terminé. La preuve, je ne me souviens même plus du prénom du personnage principal ! Les bases ne sont pas posées. Finalement,on ne comprend pas tout du premier coup. On se demande qui est réellement le personnage principal, dans quel pays nous sommes , a quelle époque on est ? Toutes ces questions n’ont pour la plupart aucunes réponses. Nous sommes dans le flou total du début à la fin de notre lecture. Les comportements, les attitudes ou tout simplement les caractères ne sont pas non plus détaillés comme je l’aurais voulu. L’histoire en elle même ne nous est pas expliquée. Quel est le l’objectif, quel est l’intérêt ? Il nous est raconté une histoire (encore une fois) de loups garous humanoïdes qui prennent sous leur ailes une humaine (pas si humaine que ça). Là encore rien de nouveau à ce sujet. Nous en connaissons un rayon sur les loups garous désormais… L’auteure n’a pas rajoutée sa touche personnelle, n’a pas inventé son propre personnage fantastique ce qui est regrettable! Passons donc aux personnages, qui comme l’histoire sont très fades.  Pour sur, Nick celui qui a la carrure du chef de la bande (mais qui ne l’est pas) s’éprend de celle qu’il a sauvé (Mia). Mia, tombe elle aussi sous son charme. Cependant,ils ne se font pas confiance. Mais apprendront a se dompter (en l’espace de cinqs chapitres,ils sont fous amoureux). Tout comme l’histoire en elle même,aucun détails ne nous est donné sur les personnages. Nick est un homme blessé par la vie, nous le comprenons, mais pourquoi ce côté écorché vif plaît tant à Mia. Nick était pourtant un personnage très prometteur, le genre de héro a qui on tient plus particulièrement. Alors peut-être aurait –il fallut introduire plus de chapitres pour mieux faire languir le lecteur et mieux faire connaissance avec les personnages, les lieux et leur histoires communes. Le lien qui lie les deux (Mia et Nick) n’est pas non plus renforcé, ils sont attirés l’un par l’autre physiquement mais alors psychiquement que se passe t-il ? Les sentiments ne sont pas développés, on ne sait pratiquement rien de ce qu’ils pensent l’un de l’autre et c’est dommage… Nous avons des détails sur le plan physique,ça il n’en manque pas (il y a plusieurs scènes de sexe), mais les sensations que ressentent les deux en se touchant, se regardant… Ne nous sont pas décrites… Ce qui fait qu’on ne peut pas comprendre pourquoi ils tiennent tant l’un à l’autre.

Bien que l’histoire des clans qui s’affrontent soit une bonne idée elle a cependant été reprise par beaucoup d’auteur qui ont écrit sur ce thème en particulier. Certes les noms des clans sont bien trouvés mais on ne connaît pratiquement rien de leur spécificité ni même le pourquoi du comment ils sont en conflits ? J’avais pratiquement l’impression d’arriver en plein milieu du livre. C’est à dire que le début du livre manquait complètement à l’appel!

Enfin, à mon goût l’affrontement final (la chute) est arrivé(e) beaucoup trop vite. Certaines situations accentuaient le ridicule (un des personnage meurt mais pour sauver sa bien aimée ressuscite en quelque seconde). Le méchant a été vite neutralisé, si vite que je n’ai même pas compris par quels moyens ils ont réussis à s’en réchapper. Puis comme on s’y attend depuis le début du livre,1) les clans ennemis qui étaient rivaux au départ, s’associent pour défendre leur territoire et leurs intérêts, 2) par la force des choses deviennent finalement amis… Oui. Bon que dire à part que c’était assez prévisible ?

En conclusion : Malgré  ces (innombrables)  points négatifs,l’histoire est tout de même un bon moyen pour se détendre.Ce livre n’est ni trop long ni trop court, il est parfait (dans sa taille). Il fait passer le temps, bien que n’étant pas exceptionnel. C’est ce genre de livre qui donne quand même le sourire de part sa légèreté et ça fait du bien! Mais, ce qu’il faut en tirer c’est « qu’il ne casse pas trois pattes à un canard »