Créer mon livre (.com), le site où je suis le héros de ma propre histoire !

C’est une nouvelle tendance qui attire de plus en plus de monde, lecteurs addicts ou pas, creermonlivre.com est l’un des multiples sites qui propose de créer pour vous VOTRE livre personnalisé dans lequel Vous êtes le héros. Livres de cuisines avec vos propres recettes de famille, carnets de voyages,livres de naissance,romans personnalisés…Tout est possible avec créermonlivre.com. Si ce n’est pas donné à tous (il faut compter environ entre 30 – 40 euros l’ouvrage) la qualité des services et de l’ouvrage est tout de même à noter. Et c’est un bon moment assuré, un joli cadeau qui ravira forcément celui/celle qui le recevra.

Pour ma part j’ai reçu à  Noël mon roman personnalisé « à fleur de peau ». Il va m’être ultra difficile de faire une chronique convenable et concise sur ce petit ouvrage mais je vais tout de même me lancer (même pô peur !)

3d-ruban-fleurdepeau-small

Qu’elle n’a pas été ma surprise en voyant dans le bordereau rouge apparaître la photo de mes parents et de ma soeur, puis une spéciale dédicace de leur part à mon intention. En retournant le livre, j’ai tout autant été touchée et émue de voir mon prénom écrit en quatrième de couverture. C’est un effet indescriptible d’être le héros d’un livre, de voir apparaître son prénom entre les lignes, de côtoyer au sein du livre nos proches et d’évoluer dans nos quêtes à leur côté. Ma lecture a été un moment de joie et d’intense bonheur, ponctuée de grands  fous rires incontrôlables et partagés. L’histoire, bien que très petite et condensée, est étonnement rudement bien menée. J’avais envie de savoir le fin mot de cette rocambolesque histoire. A savoir que certains passages sont spécialement adaptés en fonction de  votre caractère, ce qui accentue ce drôle d’effet de lire vraiment sa propre biographie. Tout est réellement proche de la réalité, ce qui rend le livre à la fois si touchant et si troublant. Parfois j’avais presque envie de m’arracher les cheveux et de crier « Mais purée Chrissy qu’est ce que tu fou! », parler à mon double dans un livre c’est vraiment fort ! Et ne rien pouvoir contrôler est vraiment ultra frustrant.

Concernant la trame de l’histoire, vous vous retrouvez en plein coeur du  XXIIe siècle, où la vie et les technologies ont fortement évoluées en comparaison à nos jours. Accompagnée  de 2 de vos proches, vous travaillez pour une grande entreprise. Vous effectuez des tâches répétitives, qui vous semblent automatiques et dont vous ne comprenez pas la réelle signification. Dans la ville, plusieurs problèmes d’électricité surviennent, accompagnés généralement de coupures de courant. Cette instabilité électrique ajoute à une atmosphère pesante : quelque chose d’inhabituel se propage dans la ville.Plusieurs personnes disparaissent sans prévenir, réapparaissent quelques jours plus tard totalement transformés, comme lobotomisés. Avec l’aide de l’un de vos proches, vous vous lancez alors dans une aventure héroïque pour découvrir ce que le gouvernement vous cache et vous découvrirez quelque chose exceptionnellement ahurissant.

Malgré une écriture forcément dénuée de sentiments, elle aussi robotisée, c’est une aventure palpitante que vous ne lâcherez certainement pas. J’ai simplement été déçue par la chute, très précipitée, qui clos l’histoire sur un aspect d’inachevé/bâclé.

Vous aussi vous souhaitez offrir ou vous offrir un roman personnalisé ? Alors n’hésitez pas à vous rendre sur le site dont le lien est noté plus haut, vous n’aurez plus qu’à suivre les recommandations  et vous laisser tenter!

image-tuto-a-fleur-de-peau

Les +

Les –

– Un très beau cadeau à offrir

– Un bon moment de rigolade

– Un livre sur mesure, fait à votre image, vous correspondant à merveille

– Un livre original

– Le prix (environ 30 euros)

– La finition de la couverture

– Une histoire simpliste (bien que prenante)

Widdershins t1 : Le pacte de la voleuse d’Ari Marmell

145951095_GdUJxYsCw_1455146372

t

Dans une autre vie, elle s’appelait Adrienne Satti, mais à présent, elle n’est plus que Widdershins. Gamine des rues, devenue noble, puis voleuse – la vie ne l’a pas épargnée. Orpheline très jeune, elle a connu la pauvreté et le luxe les plus extrêmes. Revenue aux ruelles sombres d’où elle était sortie, elle est désormais considérée comme l’une des voleuses les plus intrépides… Mais ses talents suffiront-ils à la sauver de la ténébreuse conspiration qui ronge inexorablement les entrailles de la cité de Davillon ?

Découvrez Widdershins, l’aristocrate devenue voleuse, qui connaît mille façons de couper une bourse et autant de charmer ducs et barons dans les salons de la noblesse !

mon avis

alex-allen-widdershin-thumb1-graphic-audio-finishedJ’avoue avoir été assez dubitative dès l’ouverture de cet ouvrage. De premier abord, il ne me plaisait tout simplement  pas des masses. L’auteur nous emmène au large de plusieurs époques différentes et nous présente à plusieurs personnages, forts plaisants certes mais, terriblement nombreux. Nous naviguons ainsi dans un espace temps bercé par les flashback (sauts en arrière) et les flashforward (sauts en avant) de l’héroïne. J’ai mis un certain temps à m’accoutumer à cette manière assez « crue » de présenter l’histoire.Certes, ce genre de narration amène forcément cette pointe de mysticisme indéniable et très savoureuse au récit, cependant : trop de mystères tue le mystère. J’avais parfois tendance à ne pas comprendre ce qui se jouait devant moi. Et lorsque je ne comprend pas… Cela m’agace fortement!  J’étais donc partagée entre l’envie de refermer ce livre et celle de poursuivre ma lecture pour connaître enfin les démêlés de toute cette histoire. Autre point qui m’a fatiguée dès le début de ma lecture, c’est certainement comme je l’ai stipulé plus haut, le nombre important de personnages. Généralement, dans un livre j’apprécie le fait de pouvoir faire la connaissance de moult personnages (principaux) : Ainsi, nous pouvons plus facilement nous identifier à eux grâce à leur différents traits de caractère. Nous trouvons, en somme, plus facilement mettre la main sur notre « paire/Nous livresque ». Mais ici, j’avais du mal à me remémorer les noms de chacun et n’arrivais pas forcément à me souvenir de l’importance qu’ils prenaient dans le bouquin. J’ai passé les premiers chapitres à devoir sans arrêt relire certains passages pour comprendre qui était qui, qui faisait quoi. Lorsque je reposais mon livre et ne l’ouvrait pas pendant un certain temps, il m’étais impossible de comprendre la suite des événements ! Malaise qui s’accentue d’autant plus lorsque les personnages détiennent plusieurs identités…

alex-allen-widdershins-book-2-illustration-alexallen-finished-graphic-audio
https://www.artstation.com/artwork/zPrZm

Passer ces premiers déboires, j’ai fini par bien accrocher à l’histoire ! L’auteur,bien qu’ayant un style narratif assez particulier, sait où il nous mène et nous contrôle avec délectation. Il a su manier son récit pour nous faire ressentir chaque émotion de plein fouet. Le mystère qui plane sur la tête de Widdershins s’accentue de page en pages et ne décroit pas jusqu’à la dernière. Nous sommes constamment éblouis, étonnés par l’issue que prennent certaines situations.

La trame de l’histoire en elle même est bien choisie, bien menée, et ne ressemble véritablement à aucune autre. Elle possède sa propre âme et revêt d’un caractère presque unique. Elle y  concentre vraiment tout ce que j’apprécie dans un bon récit : De l’action,du drame, de l’émotion et une bonne dose de frayeur.

L’héroïne, sous ses faux airs de rebelle et de dure à cuire a su me charmer dès les premières lignes. Elle est bien loin de ces greluches que nous pouvons rencontrer dans les livres la plupart du temps. Widdershins a du caractère,certes, mais ne frise pas avec le ridicule ou le manque de respect. Elle est ‘attachiante’ comme j’aime à le dire, mais ses défauts n’éclipsent pas sa véritable personnalité.

En un tome, je suis parvenue à m’attacher rapidement aux personnages : Chose qui ne m’étais pas arrivée depuis belle lurette. Je me suis vite jetée sur le tome 2, qui est encore meilleur que son aîné….

widdershins-une

vert = très bon
vert = très bon

« L’héritière » de Melinda Salisbury

 

Un grand merci à Booknode (en partenariat avec Gallimard jeunesse) pour cette fabuleuse opération « Lire avant tout le monde »

 

133176406_xsaWQx26_1438121824

r

À la cour du royaume de Lormere, Twylla, dix-sept ans, est promise au prince héritier, selon la volonté des dieux.
Elle possède un don, le pouvoir de tuer tous ceux qu’elle touche : elle est l’arme parfaite ! La cruelle reine qui l’a adoptée la contraint à exécuter les traîtres.
Jusqu’au jour où Lief, nouveau garde charmant et rebelle, fait vaciller la jeune fille dans sa foi et sa soumission…

mon avis

Ce livre est un véritable petit coup de cœur pour moi. J’ai vraiment adoré m’évader dans l’histoire que nous racontait Melinda Salisbury, avec brio.

De premier abord, c’est certainement la couverture qui attire l’œil du lecteur. En vrai, entre nos mains, la couverture rend mille fois mieux que sur photo et l’on parvient à voir chaque détail avec fascination. Les couleurs nous explosent à la figure tant elles sont vives mais harmonieuses. D’ailleurs la couverture en elle-même raconte beaucoup de choses concernant le livre en lui-même. Cette espèce de fiole est, à mon sens, l’aube-morte (qui est un poison mortel). La femme à la chevelure de feu qui y est enfermée n’est autre que notre personnage principal : Twylla. Mais pourquoi est-elle enfermée, recroquevillée sur elle-même ? Tout simplement car elle à les mains et les pieds liés par sa vie. Lorsqu’on ouvre le livre, nous sommes surpris par les décorations qui ornent les débuts de chaque chapitre : Représentant des gouttes de sang. Nous comprenons d’emblée dans quel monde sombre nous plongeons. Même si le livre-Objet est très beau, j’ai tout de même été déçue de ne pas avoir rencontré de carte monde au début du livre (j’apprécie dans les romans fantasy me visualiser correctement les lieux qui nous sont décrits) ou bien un petit lexique en fin de livre (histoire de vérifier si nous avons tout bien compris les subtilités)

Comme je m’y attendais, les premiers chapitres étaient tout simplement palpitants. En effet, ils ne pouvaient que me plaire puisqu’ils recelaient d’énormément de violences. Nous entrons dans un monde sombre, oppressant, dangereux et asphyxiant régit par une méchante reine qui même si nous venons à peine de la rencontrer nous sors déjà par les trous de nez. Mais avant toute chose, nous faisons la connaissance de la charmante Twylla. Un personnage énigmatique et de premier abord pas si attachant que cela. Les premiers chapitres montrent un personnage emblématique dont les actions et les intentions nous paraissent cruelles. Ce que j’ai par-dessus tout apprécié c’est le fait d’assister à la floraison de « notre » personnage principal. Oui car, twylla peut-être comparée à une fleur qui s’embellie au fur et à mesure des pages. Je pense que c’est le premier livre que je lis où la psychologie du personnage principal évolue et où cette évolution est perceptible dans un seul tome. D’autant plus lorsqu’on sait que « l’héritière » est un livre jeunesse. Méchante, impitoyable mais avec un cœur, lâche mais aimante, courageuse mais rebelle, je ne savais plus comment définir cette femme. Et pourtant, la réponse est simple. Qu’est-ce qu’il fait que nous sommes de bonnes personnes ? Ce sont nos actes qui nous définissent. Mais qui jugent nos actes ? Ceux qui ne les comprennent pas…Donc cette notion là est très subtile.

Parlons désormais de la trame de l’histoire qui est tout simplement déroutante tant elle nous étonne et nous tient en haleine du début à la fin. Twylla est une Daunen, la fille de Naet et Daet (je ne rentre pas dans les détails pour ne pas vous spoiler de trop). En bref, le point essentiel à retenir est qu’au vu de son statut particulier Twylla a hérité d’un pouvoir : Celui de donner la mort par simple touché. La reine l’a prise sous son aile dès son plus jeune âge et lui offre l’asile dans son château. En contrepartie et par le pouvoir qui lui est conféré, Twylla se charge d’assassiner les traites à la couronne.Cette tâche ne semble pas plaire à Twylla qui par peur de décevoir la reine ne lui en tient pas compte.

Les débuts du livre posent les bases de l’histoire et j’ai trouvé qu’au fur et à mesure que twylla s’épanouissait les pages étaient comme plus lumineuses.

Ce que j’ai par-dessus tout aimé c’est l’époque médiévale, les châteaux, le langage, les décors ainsi que la façon d’écrire de l’auteur. Presque poétique comme fût un temps. J’adore vivre dans cette époque à travers les livres. Même si à certains moments, je l’admets, certains passages étaient quand même pathétiques et un peu tirés par les cheveux.

Dernier point, des points positifs, c’est certainement le petit message glissé par l’auteur concernant la condition des femmes aux travers des âges et des époques. Twylla n’est pas libre de ses faits et gestes, n’est pratiquement pas libre de penser. A l’époque les femmes étaient pratiquement vendues jeunes, à des rois plus vieux qu’elles. Elles ne servent généralement que de pots de fleurs, ou de « ventres » pour donner naissance à un héritier. Elles n’ont pas de place dans la société.Hors, un homme est mis au monde par une femme. De nos jours, les femmes sont encore instrumentalisées. C’en est dommage.

Je passe désormais aux points négatifs qui ne sont pas nombreux. Et encore celui-là, n’est pas vraiment négatif puisqu’il ne dépend que de moi. Il y a une histoire d’amour, un triangle amoureux. Qui dit histoire d’amour, dit danger pour moi. Encore plus lorsqu’il s’agit de triangles amoureux. Même si l’auteur à fait en sorte de ne pas nous asphyxier d’amour, j’ai trouvé la relation amoureuse un peu superflue et loin d’être palpitante (je ne les enviais pas). Enfin, la chute était trop brutale.Bien trop prévisible, sans grand étonnement (à part pour un seul détail que je ne peux vous communiquer). J’ai trouvé que le happy end m’a laissé sur ma faim. Mais peut-être que cette fin présage une suite des plus sombres… Dans tout les cas j’ai hâte de connaître la suite !

vert = très bon
vert = très bon

k3.jpg

Cliquez sur l’image pour accéder à son blog

J’ai tout d’abord trouvé que l’écriture était assez agréable, l’auteure sait très bienjouer avec les détails et le passage du présent au passé et inversement est fait de manière habile. Elle arrive à nous décrire son monde sans pour autant que ce soit trop explicatif ou qu’elle fasse une pause dans son histoire. J’ai beaucoup apprécié cela.

J’ai aussi bien aimé le contexte, les mythes et l’histoire du monde sont originaux et intéressants. C’est un tout nouveau monde, inconnus, avec sa propre histoire, sa propre religion et ses mythes. L’auteure n’a rien laisser au hasard.

En revanche, j’ai trouvé le début un peu déstabilisant, j’ai eu du mal à me situer. J’ai également remarqué qu’il n’y a pas beaucoup de descriptions


Tu as toi aussi chroniqué ce(s) livre(s) ? N’hésites pas à me donner le lien vers ta chronique en commentaire. Un extrait de ta chronique et un lien vers ton blog seront accessibles à la fin de cet article!

Les chroniques de Mckayla Lane de Karen Marie Moning

gg

textur11

Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n’essaie de me tuer, c’est une bonne journée. Autant vous dire, ça ne va pas très fort, depuis quelques temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des faes. Pour moi, un bon fae est un fae mort. Seulement, les faes Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas a vue. Ils préfèrent nous garder pour… le sexe.

Au fait, je m’appelle MacKayla Lane. Mac pour les intimes.

Je suis une sidhe-seer.

La bonne nouvelle : nous sommes nombreux.

La mauvaise : nous sommes le dernier rempart contre le chaos.

Cliquez sur les icônes pour avoir accès aux résumés des autres tomes ! 

t2 t3 t4 t5

Sans titre-1

Nous sommes dans la peau de MacKayla Lane, une jeune fille qui vit au soleil et qui est un peu nunuche sur les bords. Elle aime le rose, la musique et faire bronzette. Mac au départ représente le genre de personnage qui devient vite chiant de part sa stupidité et son détachement. Si la trame de l’histoire n’avait pas été excellente, je  me serais arrêtée à ce petit inconvénient dès le premier tome. « Les chroniques de MacKayla Lane » est une histoire qui est à la fois très attractive et intrigante. Nous vivons à travers les yeux de Mac et nous ressentons les mêmes sensations qu’elle. Alors comment ne pas tomber amoureux de cette saga ?

Nous partons  avec Mac pour le vol de L’Irlande à la recherche du meurtrier de sa sœur, Alina qui était allée faire ses études à Dublin (la plus grande capitale de l’Irlande). J’avais choisi le livre sans même lire le résumé, sa couverture m’ayant déjà plu. Je m’attendais de premier abord à un roman policier puisque le début n’est autre qu’un meurtre. Je pensais que MacKayla allait rechercher le meurtrier en question et se lancer dans des aventures sordides avec des courses poursuites … Certes, cette saga se rapproche tout autant du thème policier mais il relève aussi bon nombres d’autres thèmes qui m’ont tous plu !

Arrivés sur le sol de Dublin, nous rencontrons avec Mac des créatures étranges et immondes. Des êtres inhumains qui côtoient le monde de Dublin sans que personnes ne semblent s’en soucier. Nous faisons la connaissance aussi de Rowena, une vieille femme aigrie qui envoi des menaces à Mac. Finalement, nous rencontrons le beau Barrons lorsque Mac met un pied dans la librairie Barron,bouquins and bibelots qui sera plus tard son repère le plus sûr. Nous apprenons au fil du temps la triste réalité. L’Irlande est le siège de créatures affreuses qui se nourrissent des humains. Ils s’appellent les Faes, attention à ne pas confondre avec les douces « fées » de nos enfances. Non, les Faes se cachent derrière un voile d’illusions qui fait croire aux humains qu’ils sont de merveilleux Hommes/Femmes au charisme surprenant et à la beauté surnaturelle. Les Faes mangent les humains, ils se nourrissent de leur peau, de leur beauté, de leur liquides et plein d’autres choses tout aussi glauques.  Mac apprend par la même occasion que son destin est tout tracé. Tout comme sa sœur Alina, elle est une sidhe-seer. C’est-à-dire qu’elle est capable de détourner le voile d’illusion des Faes et de voir leurs véritables visages. Ce qui lui donne l’avantage de pouvoir les confondre. Nous apprenons que le supposé assassin d’Alina n’est autre que le Haut seigneur, un être maléfique qui a pour objectif de faire passer autant de Faes noirs possibles dans le monde des humains pour annéantir la race humaine qui est inférieure. Il faut savoir qu’il existe de caste de Faes : Les unseelie et les seelie. Les seelie sont les Faes originels, les plus puissants. Tandis que les Unseelie sont les enfants de nombreux essais et tests. Les unseelie sont méchants. Cependant les deux Castes n’ont rien à faire dans le monde des humains. Les sidhe-seer sont là pour maintenir l’ordre et les renvoyer chez eux. Mac s’allie alors avec Barrons, son patron qui est aussi un homme étrange, pour pouvoir anéantir le haut seigneur. Cependant en contre partie, Mac qui peut ressentir sa présence,doit mettre la main sur un étrange livre : Le sinsar dubh.

Ainsi s’en suit une véritable chasse qui met en haleine tout le monde. Plusieurs questions sont soulevées au fil de la quête. Nous sommes perdus tout autant que Mac et demandons sans cesse des réponses à nos questions. Nous sommes insatiables, nous voulons connaître la suite. C’est ce qui fait sûrement d’un livre, un livre adictif !

L’histoire pour moi est complètement, voir totalement, nouvelle. L’auteure a su inventer un monde que personne jusque là ne connaissait, avec de nouveaux êtres fantastiques qui éloignent le côté inlassable du vampire. C’est une vraie découverte, une histoire qui mérite d’être connue.

les perso

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai eu du mal avec Mac dans le premier tome puisqu’elle était beaucoup trop superficielle pour moi. Les personnages au départ n’étaient pas attachants puisque finalement tout était axé sur la personne de MacKayla. Ainsi, on ne connaissait pratiquement rien de Barrons si ce n’est qu’il était imbu de sa personne. Nous avons rencontré aussi une Rowena excentrique, qui est méchante et un Vlane étrange (qui n’est autre qu’un Fae). Les relations entre les personnages venaient tout juste de se ficeler, donc, pour ma part je n’en étais pas emballée. Au fil des tomes, j’ai constaté le changement de comportements. Les personnages (surtout Mac) étaient plus matures et donc moins difficiles à suivre et à aimer.Je me suis prise d’affection vers la fin de la série pour Dani,danielle, qui est elle aussi une Sidhe-seer mais qui n’a que 13 ans. Ce personnage, pour ma part, a instillé d’autant plus d’intérêt puisque son personnage « pep’s » donnait un nouveau ton à la série noire. Et puis elle m’a fait mourir de rire aussi !

Au tout début je n’aimais pas beaucoup Barrons qui représentait pour moi l’Homme que je détesterais avoir (épouser). Il représente le mal typique, sur de lui, très Machos et je déteste ce genre d’homme. Je me suis surprise à dévoiler mes sentiments pour lui en même temps que Mac. Ainsi,l’auteure à très bien su manier les sentiments du personnages principales pour nous les faire ressentir de fond en comble. A la fin, Barrons représentait tout pour moi (le centre de l’histoire) comme aux yeux de Mac. Du côté des personnages donc,il n’y a rien à dire. Toutes les personnalités y sont. Les méchants et les personnes honnêtes aussi. Les détails qui font qu’un livre est bon  sont présents.

La série « Les chroniques de MacKayla Lane » mérite d’être connue et reconnue. C’est une histoire addictive, poignante, pleine de rebondissements et de sentiments. Nous sommes transportés dans notre lecture,nous vivons dans l’univers de KMM. Voilà bien longtemps que je n’ai pas eu un coup de coeur pour un livre. Je recommande pour ceux qui veulent vivre de passion et de tourments!

coup de coeur

ggg