Les pierres se souviennent de Véronique Perret-Vial

134893268_MCXvlL8iV_1440366849

re

Le commissaire Jacquier s’apprête enfin à déjeuner tranquille, quand un appel urgent le replonge en plein cauchemar.Un tueur en série, qui choisit ses proies dans la rue, vient de frapper après deux ans de silence. Un échec dans la carrière du commissaire qui n’a pas pu identifier le criminel. Ce qu’il ignore alors, c’est que cette fois, il va recevoir l’aide inattendue de Larra, jeune femme douée de capacités singulières…Au travers d’une enquête haletante, Larra et le commissaire Jacquier nous entraînent dans une traque sans merci au travers des différents paysages de Rhône-Alpes.

mon avis

Je tiens à remercier les éditions Baudelaire pour cet envoi

 Je pense que je n’ai jamais lu un livre aussi vite de toute ma vie, je l’ai littéralement dévoré ! Même si « Les pierres se souviennent » n’est pas le roman du siècle, j’ai cependant passé un agréable moment à le découvrir. L’auteure a su nous embarquer dans son monde sans fioriture, les mots coulaient presque de source. Si au départ, je trouvais l’écriture ainsi que la manière de narrer de l’auteure un peu trop simplistes ; je me suis vite acclimatée à ce style d’écriture qui finalement donne du charme au récit. Il n’y a pas une tonne de descriptions, les lieux, les paysages, les personnages ainsi que les meurtres nous sont présentés sans grand étalage. Il y a les détails nécessaires à la compréhension du lecteur, l’auteure n’en a ni trop fait ni trop peu. C’est le dosage parfait pour ne pas nous ennuyer et nous assommer avec de trop longues descriptions.

Et pourtant, je le disais plus haut, ce livre n’est certainement pas la perle rare. La trame de l’histoire reprend celles que l’on connaît pratiquement tous. C’est un scénario type que l’on rencontre dans nos séries policières fétiches (In les expert ou esprit criminel). Un agent de police travaille sur une affaire qui le turlupine : Un tueur en série sévit dans le sud de la France. Pour chaque meurtre, même mode opératoire. Seul détail : Il ne laisse jamais aucune trace derrière lui. Sans aucun début de piste, malgré une tentative infructueuse de profilage, l’enquête stagne. C’est un tueur fantôme.

C’est grâce à l’un de nos personnages principaux que l’espoir de boucler cette sordide histoire voit le jour. La jeune psychologue, Larra, semble avoir des aptitudes peu communes qui pourraient aider les policiers dans leur quête. C’est une sorte de médium qui est très sensible au passé… Elle voit, ressent et pressent des choses qui se sont déroulées dans le temps.

Le roman policier de base, se transforme ainsi en roman semi-fantastique. A mi-chemin donc entre la série télévisée Medium et esprit criminel. Avec étonnement, ce mélange des genres m’a bien plu et fonctionne excessivement bien. Certes, la chasse à l’homme (au tueur) n’est pas exaltante (nous anticipons les détails par avance) mais j’ai trouvé l’histoire tout de même bien menée. Même l’histoire d’amour qui naît entre Larra et un beau jeune homme (Je ne souhaite pas vous spoiler) ne m’a pas dérangée outre mesure. Généralement, je n’apprécie pas les romans où il y a de l’amour à foison pour la simple et bonne raison que les choses sont généralement trop précipitées. Ici, nous assistons à l’éclosion de l’amour. Les deux amoureux ne se jettent pas dessus dès le premier rendez-vous, il n’y a pas des « je t’aime » dès les premiers jours. Non, les personnages apprennent à se connaître, se retiennent malgré leur attirance physique évidente ! Et ça, pour moi, cela s’apparente à la réalité.

Autre point que j’ai bien apprécié, découvrir les lieux et les petits endroits « secrets » des villes que je ne connaissais pas. Avec l’auteure j’ai voyagé, j’ai visité et je me suis instruite grâce à ses nombreuses explications. Cela m’a presque donné envie de m’y rendre !

En conclusion, ne vous attendez surtout pas à un roman noir emplit de haine et d’horreur. Il n’y a pas d’hémoglobine, de meurtres bien sordides, de viols ni autres… Mais, préparez-vous à vous évader. Et même si l’histoire racontée est quand même dure, nous sortons de notre lecture conquis et heureux.

vert = très bon
vert = très bon
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s