Haig – le secret des monts rouges de Thierry Poncet

14960948781174598164.jpg

hr

Des tronçonneuses et de l’alcool. Voilà ce que vend l’aventurier Haig, sur sa péniche la Marie-Barjo, à travers la jungle, dans le Cambodge tout juste libéré de la guerre, depuis le fleuve Mékong jusqu’au pied des mystérieux Monts Rouges. Mais quel est cet être qui semble répandre la mort devant lui ? Qui est cette Espagnole trop sexy pour ce far-west des camps forestiers cambodgiens ? Pourquoi a-t-elle absolument voulu le suivre ?

mon avis

spJe tiens tout d’abord à réitérer mes excuses auprès de Joël pour avoir pris autant de temps à lire et à pondre une chronique sur Haig. Je le remercie aussi de nouveau pour sa confiance.

Je sais qu’en littérature, la première chose qui tape à l’oeil reste la couverture du bouquin. Celle-ci,est assez jolie cependant les écritures en rouge et jaune me dérangent un  peu. Si je n’ai pas bien compris le fait de représenter Marisol plutôt qu’Haig en première de couverture, le fond de l’image rend parfaitement hommage au voyage que nous narre Mr.Poncet. Il manque à mon goût, pour rendre le livre « objet » une petite carte du monde. J’aime l’idée de pouvoir me figurer les lieux et les espaces, d’autant plus lorsque la plupart de ceux ci  existent vraiment.

vietnam-header

Dans Haig et le secret des monts rouges, nous sommes transportés au Cambodge, plus particulièrement dans la capitale de Phom Penh, après la guerre civile de 1967 – 1975 ayant opposé le Vietnam et le Cambodge.

La guerre civile cambodgienne est un conflit qui opposa les forces du Parti communiste du Kampuchéa, connues sous le nom de « Khmers rouges », leurs alliés de la République démocratique du Viêt Nam (Nord Viêt Nam) et du Front national de libération du Sud Viêt Nam (dit Việt Cộng) à celles du gouvernement du Royaume du Cambodge (après octobre 1970, la République khmère), soutenue par les États-Unis et la République du Viêt Nam (Sud Viêt Nam).[…] Le gouvernement cambodgien fut principalement soutenu par des campagnes américaines de bombardements aériens massifs et des aides directes matérielles et financières. En 2009, Raoul Marc Jennar annonçait devant le tribunal chargé de juger les derniers dirigeants khmers rouges en vie, que « dans toute l’histoire de l’humanité, aucun autre pays n’a été autant bombardé que le Cambodge durant cette période »1.Après cinq années de combats acharnés, qui causèrent des pertes massives en vies humainesnote 1, la destruction de l’économie, la famine de la population et des atrocités sans nom, le gouvernement républicain du Cambodge fut renversé le 17 avril 1975 lorsque les Khmers rouges, victorieux, proclamèrent la création du Kampuchéa démocratique. […]

Nous sommes donc dans une période assez électrique, où les souvenirs/traumas de la guerre sont encore bien présents/ancrés chez les peuples. C’est dans un climat lourd qu’intervient notre héros Haig et ses acolytes qui naviguent au bord de la Marie Barjo. Sorte de pirate des temps modernes, Haig sillonne le mékong pour faire des affaires et rendre la vie après guerre moins difficile. Cependant, ce voyage risque d’être plus particulier que les précédents. En effet, il semblerait que partout où la Marie Barjo passe, des meurtres atroces soient commis.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture qui a été vive et rapide. L’écriture de Thierry Poncet est plaisante, il ne s’épanche pas dans des descriptions longues mais parvient tout de même à faire passer une abondance de sentiments à son lecteur. Sous les traits de son personnage principal, khmer_rouge_scene_3-1f742qui est un rustre, un guerrier, un aventurier qui manie la répartie avec brio, on sent poindre une petite part d’autobiographie. J’ai directement calqué le personnage Haig à son père/auteur Thierry de manière presque automatique. Cette espèce de gros nounours au coeur de guimauve… Peut-être que je me trompe! Et peut-être qu’il ne s’agit finalement là que d’un hommage à son compagnon d’aventure : l’aventurier Cizia Zyke. Quoiqu’il en sois cette impression d d’aspect autobiographique ne s’arrête pas là. Pour décrire aussi bien les paysages et nous donner presque  l’impression de voyager à travers de simples mots, il fallait forcément avoir vécu et côtoyer dans/ces endroits.

Extrait biographie de T.Poncet :

Sa rencontre avec l’écrivain-aventurier Cizia Zykë, en 1984, bouleversa son existence. Engagé comme secrétaire, il partit aux côtés de Zykë pour un grand voyage qui devait lui faire traverser tous les continents.

Il publia un roman, Pigalle Blues, en 1990, aux éditions Ramsay, alors propriété de Mme Régine Desforges.

S’étant fixé en Asie du Sud-Est, au Cambodge, il y fut reporter au journal Le Mékong, rédacteur à L’UNESCO puis à L’Ecole Française d’Extrême-Orient et auteur de théâtre. Il publia à Phnom Penh un recueil de nouvelles, Les Pantins d’Angkor, aux éditions Cabaret-le-Monde.

Les endroits décrits prennent vie et couleur dans nos esprits grâce aux savoirs de l’auteur. Savoirs autant historiques que « géographiques ». Comme je l’ai dit, c’était un voyage fort intéressant qui ne pouvait prendre force/racine que grâce au vécu de son auteur. La présence et le talent de l’auteur planent d’ailleurs au dessus de cet ouvrage. C’est une trame finalement assez plate et simpliste. Cependant, la plume de l’auteur amène réellement une âme au récit. On se prend immédiatement d’affection pour les personnages, personnages qui ont tous leur  propres caractères, façons d’être et de parler, et leur passés. Les personnages deviennent personnes, la marie Barjo devient réelle. Le quotidien s’enlace au drame, au thriller avec parcimonie et brio. Les questions écologiques côtoient celles juridiques, économiques, morales et politiques. C’est un concentré de plusieurs thématiques qui s’imbriquent les unes aux autres avec facilité. khm_pp_jml_1971_30rr1Les descriptions des meurtres ou même la présence quasi constante des drogues sont rudes, dans le détail, mais dépeignent finalement une réalité post guerre qui nous échappe aujourd’hui. Nous apprenons, tout un pan d’un passé que nous ne connaissons que peu, nous voyons des plaies non encore fermées d’une nation entière en reconstruction. C’est une forme de dénonciation de ces guerres de pouvoir où les populations sont des victimes collatérales.

Haig – le secret des monts rouges à des allures de pirates des caraïbes et de tomb raider. De multiples ingrédients y font penser : le voyage au bord d’un bateau, des personnages sans limites, une seule femme sur le bateau, une quête avec à la clé des joyaux..!  C’est un beau mélange qui foisonne et m’a réellement donné envie de savoir le fin mot de toute cette histoire. Une fin qui s’est révélée finalement un peu décevante, car trop précipitée par rapport à l’ensemble du roman. J’aurai peut-être aimé d’autant plus d’action et de suspens. Que la chute du méchant sois moins facile. Autre point négatif qui ne dépend que de moi même :tresor j’avais découvert bien assez tôt le pot aux roses…

En conclusion, c’est un livre qui se dévore très vite et trop facilement (à mon goût). Sans être une révélation littéraire, c’est un livre que j’ai quand même bien apprécié. Un thème particulier, que l’on ne rencontre pas toujours en littérature, une écriture saisissante.Bonne petite histoire qui nous fait passer un bon moment de lecture!

vert
vert = très bon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s